Mon premier meeting aérien - 2/3 : le grand jour

Publié le 13 juin 2022 par Philippe Ferretti

SAMEDI 3 JUILLET 2004

Connaissant le besoin que nous avions d'obtenir des images de notre Piper Cub dans son élément naturel, Jean-Claude organisa un vol groupé sans tarder.

Gilles et Philippe prirent place à bord du Spirit of Lewis, et Jean-Claude et Bernard à bord du PA-19 de Jean-Claude.

Après un décollage simultané, les deux appareils se rendirent au-dessus d'une zone libre où ils firent ensemble de larges cercles afin que Bernard puisse faire une bonne récolte d'images. Une demi-heure plus tard, les deux appareils se posaient sur la piste en herbe de Montbéliard, mission accomplie, avec en prime, quatre amis très heureux de leur ballade.

Il faut dire que notre avion possède vraiment un aspect photogénique qui ne manque pas d'attirer le regard, que ce soit en vol ou au sol. C'est ainsi qu'une journaliste du journal régional choisit notre appareil pour sujet de son "papier" du lendemain. Bernard en profita pour tout lui dire sur la CAF et le French Wing, ce qui fut résumé dans un article fort bien rédigé pour une personne totalement étrangère à l'aviation.

Jean-Claude effectua un ou deux autres vols avec notamment, son magnifique Morane-Saulnier 315, le plus beau qui existe en France actuellement.

Les spectateurs assistèrent à l'arrivée de nouveaux appareils dont certains venaient de Suisse, tels ces magnifiques Bücker Jungman multicolores, trois autres Piper Cub, un Stampe, un NC 856A, et bien d'autres encore. Les avions furent finalement rangés pour la nuit, et la journée fut clôturée par un repas succulent pris dans la grande salle de réunion de l'aéro-club de Montbéliard, servi par des bénévoles que nous remercions pour leur sollicitude et leur travail.

DIMANCHE 4 JUILLET

La nuit et un solide petit déjeuner permirent à chacun de reprendre des forces et de se préparer pour une nouvelle journée faite de vols et de camaraderie. C'est donc vers 10 heures du matin que chacun se retrouva au terrain de Montbéliard-Courcelles. Certains avaient déjà pris l'air et profitaient du très beau temps que la météo n'avait pas prévu… Gilles, qui devait, à son grand regret, retourner à Paris par le train de 13 heures, put effectuer 2 vols avec notre Piper Cub, dont John et Philippe profitèrent avec joie. Le Spirit of Lewis fut accompagné dans son vol par le NC 856A, appareil aux formes plutôt tourmentées mais aux qualités de vol indéniables. A son bord, un cinéaste professionnel prit de nombreuses séquences vidéo de notre appareil qui joua son rôle de vedette avec facilité.

Notre groupe installa un PX miniature qui, malgré sa modestie, attira quelques clients inespérés qui nous procurèrent quelques dizaines d'Euros qui aideront bien le budget de notre avion.

Le repas de midi et les bénévoles qui le servirent furent à la hauteur du barbecue de la veille, ce qui donna de l'énergie à toutes les convives qui mirent ensuite à profit le temps vraiment idéal pour effectuer des vols de plaisance et de plaisir.

 

Le Dassault 315 Flamant prit l'air et fit quelques passages remarqués au-dessus de cette réunion d'amis. Les Bücker s'en donnèrent à coeur-joie, et l'un d'eux nous gratifia d'une séance de voltige toute en douceur, qui révéla les qualités de cet appareil et le plaisir que le pilote prenait à faire cette démonstration.

Jean-Claude profita de l'occasion pour faire un peu de voltige à bord du Bücker rouge vif. Il en descendit émerveillé et plein de reconnaissance pour cette ballade inhabituelle. En échange, il fit profiter, tour à tour, les propriétaires de ce Bücker d'un vol en Morane-Saulnier 315.

C'est au retour du deuxième de ces vols que Jean-Claude fit signe à Bernard de sauter à bord de son Morane, invitation surprise que notre Unit Leader s'empressa d'accepter (Ceux qui connaissent la passion de Bernard pour les avions de l'immédiat avant-guerre comprendront le plaisir et l'émotion qu'il éprouva à grimper dans cet appareil ô combien historique !).

Il nous raconte…

"C'est le coeur battant que j'escaladai le MS 315 pour m'asseoir en place avant. Je retrouvais immédiatement les très fortes sensations que j'avais ressenties lors de mon baptême dans cet appareil, au cours du meeting de Haguenau l'an passé. Comble de plaisir, le vol avait pour but d'accompagner, pour un bout de chemin, deux Bücker qui rentraient en Suisse avant la nuit.
La formation fut vite établie après le décollage, et plusieurs minutes de vol en formation permirent à chacun de se prendre en photo mutuellement. Ce genre de vol, en formation, est vraiment mon favori. Jean-Claude poussait là mon bonheur à des limites rarement atteintes auparavant !
Ces sensations furent d'autant plus prononcées qu'elles étaient décuplées par le cockpit ouvert qui aide efficacement à remonter le temps jusqu'aux lointaines années 30, quand cet appareil régnait en maître dans les cieux Français.
N'ayant pas pris mon appareil principal pour apprécier ce vol au maximum, je pus cependant prendre quelques clichés souvenirs à l'aide du "pocket" numérique que je garde en poche en permanence. C'est ainsi que je tirai le portrait de Jean-Claude aux commandes de son Morane. Une Première, je pense ?…
Ces trop courts instants passés à bord de ce Morane 315 resteront, pour moi, l'un des moments forts de ce week-end.
Un grand Merci Jean-Claude ! Ta gentillesse et ton amitié m'ont permis de ressentir des émotions qui resteront à jamais gravées dans ma mémoire et dans mon coeur."

La journée fut un tel succès qu'aucun des participants ne s'aperçut de la vitesse à laquelle le temps passait, et trop tôt, vint le moment des Au-Revoirs.
Philippe et Danièle furent les premiers à prendre le chemin vers Paris, puis John et Cécile celui de Lentilly. Bernard et Fumiko furent les derniers à quitter nos hôtes pour atteindre Paris au milieu de la nuit, afin d'être prêts à accueillir Patrick et Roger qui allaient effectuer le trajet Montbéliard-Persan le lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partagez
Tweetez
Enregistrer